"La Normandie un paradis pour la cuisine"

Le Chef Edward Delling-Williams

Un grand gaillard aux yeux rieurs, amoureux de la bonne cuisine qu'il twiste avec légèreté et savoir-faire. Pour Edward Delling-Williams, tout commence dans un pub près de Bristol, au sud de l'Angleterre où il découvre la cuisine au sein d'un cadre festif et familial. Passionné, il se forme ensuite au St-John à Londres. Mais Edward a plus d'un tour dans sa Manche... qu'il traverse pour monter Le Grand Bain, un restaurant dans le nord de Paris. Ici, la bonne ambiance et la cuisine locale font mouche : on se presse autour de cette joyeuse enseigne. Sa petite soeur Le Petit Grain - boulangerie gourmande et saine, ouverte deux ans plus tard, fait également un carton.  

 

Pourquoi en rester là ? Après avoir conquis les papilles parisiennes, le chef Edward Delling-Williams déménage en Normandie. À Heugueville-sur-Sienne, il visite un ancien presbytère blotti à l'estuaire de la Sienne où soufflent des vents chargés de sel. Le cadre fait rêver : il imagine y faire revivre l'ambiance des pubs de son enfance où l'on partage un déjeuner dominical autour de grandes tablées, le Sunday Roast. En mieux, puisqu'il servira une cuisine étudiée conjuguant bistronomie et produits locaux. 

ThePresbytère4_CamilleGodefroy.png
IMG_6957.JPG

Terroir & Région

The Presbytere bénéficie d'un emplacement de choix, entre la mer et le bocage normand : coquillages et crustacés du littoral, agneaux de pré salé, boeufs nourris à l'herbe, diabolique crème crue, maraîchage en permaculture, cidre AOP... tous les produits arrivent bruts au restaurant. Chez Edward, rien ne se perd, tout se cuisine : on exploite chaque propriété de l'aliment, évitant ainsi les déchets inutiles. De nombreux petits producteurs locaux fournissent les matières premières, contribuant au dynamisme de la région.

Le projet Farm 2 Table

Edward Delling-Williams, cuisinier hors pair et déjà père d'une petite tribu de trois enfants, ne compte pas en rester là. Dans le fond de sa toque, une idée fourmille et fait son chemin : Farm 2 Table ("De la ferme à la table").

Le projet ? Tout un écosystème rassemblé autour du Presbytere : ouverture de chambres d'hôtes au deuxième étage, une autre cuisine entièrement dédiée à la confections de pains et de gâteaux, une brasserie qui fournira le pub en délicieuses bières blondes et brunes...

Ce n'est pas tout : le Farm ici est une référence à... la future ferme du Chef. Celui-ci, dans l'idée d'explorer les liens entre travail de la terre, contrôle de la qualité et réduction des chaînons intermédiaires de production, la ferme cultivera produits maraîchers, arbres fruitiers et peut-être même un petit élevage ! 

Ajouté à cela, la cour intérieure du restaurant accueillera bientôt un marché hebdomadaire mettant en avant les quelques produits fermiers proposés par ce chef décidément original. Une idée fixe, pourtant : concevoir des espaces mêlant convivialité et gastronomie. 

Tout cela bien sûr en partenariat continu avec les producteurs locaux, dans le souci de travailler conjointement pour le plus grand bonheur des férus de la bonne chère. 

ThePresbytere_270522_CamilleGodefroy-3.jpg
ThePresbytère7_CamilleGodefroy.png
ThePresbytere_270522_CamilleGodefroy-17.jpg

Comme à la maison 

Le pub est conçu selon la tradition British, qui respecte les plans d'une maison traditionnelle. L'espace est divisé en plusieurs salles donnant l'impression d'entre dans une demeure du 19ème siècle. En témoignent le magnifique escalier en bois qui accueille les invités dans l'entrée, ainsi que l'immense cheminée en pierre qui trône en face du bar. 

Au Presbytere, le repas est sacré : dans la salle Mirror, spacieuse et lumineuse, on s'assoit autour de grandes tablées en bois pour partager une épaule d'agneau cuite pendant sept heures ou déjeuner de la pêche du jour. Plus intimiste, la Fridge Room accueille les amoureux aux joues rosies pour un dîner aux chandelles. L'été, le grand jardin permet aux convives de siroter un vin naturel en partageant de délicieuses assiettes, le visage chauffé par le soleil et les embruns. 

Une offre adaptée : de la petite faim au festin

Ouvert tous les jours dès le 1er août, le pub reçoit le midi et le soir. La carte change régulièrement pour le plus grand plaisir des papilles avides de découvertes culinaires. Que ce soit pour une formule simple entrée/plat ou plat/dessert ou gourmande entrée/plat/dessert (et pourquoi pas goûter au digestif maison...), les convives ne sont en reste ! D'autant qu'à partir de quatre invités, le pub offre un choix de plats à partager qui donnent l'impression d'être de retour chez Mamie : ça sent bon l'enfance et les pommes de terre beurrées. 

ThePresbytere_270522_CamilleGodefroy-62.jpg

Suivez nous sur Instagram @the_presbytere